Systèmes à air alterné
Départ En haut Mobilisation alternée Systèmes à air alterné

pour la prévention des escarres

 

Départ
En haut

<Synthèse> <Définition> <Principe> <Fondements scientifiques> <Recommandations> <Références>

Synthèse

1

L'utilisation d'un système à air alterné se justifie seulement si cette utilisation se fait correctement et si le système est entretenu régulièrement.

 

2

La littérature existante ne permet pas de proposer l'achat d'un système alternant particulier.

 

3

Les patients à risque qui ne peuvent faire l’objet d’un positionnement alterné, doivent être positionnés sur un système alterné ou sur un système dynamique à redistribution de pression (lits à air fluidisé, système à faible perte d’air).

 

4

Le nombre de couches entre le patient en le système à réduction de pression, ainsi que le placement des draps trop tendus, diminue l’effet de réduction de pression du système.

 

5

Les systèmes à air alterné composés de cellules dont le diamètre est supérieur à 10 cm sont probablement plus efficaces que les systèmes composés de cellules plus petites.

 

1. Définition

Les systèmes alternés visent à réduire la durée de la contrainte tissulaire en alternant la pression exercée sur les différents points d’appui du corps. Les cellules/compartiments du matelas sont successivement gonflé(e)s lentement et vidé(e)s lentement par pression ou par pompage. Lorsqu’une série de cellules/compartiments est gonflée au maximum, l’autre série est vidée à ce point que le corps ne repose plus sur les cellules/compartiments de celle-ci. Au moment où une cellule/un compartiment est gonflé(e) au maximum, le tissu qui s’appuie sur celle-ci/celui-ci est comprimé au maximum. On vise à limiter au maximum la durée de cette période, de telle sorte que la circulation sanguine puisse se rétablir à temps sans que des lésions tissulaires dues à un manque d’oxygène n’apparaissent. Lors des périodes de contrainte et de compression maximums des tissus, on vise également à réduire au maximum cette pression en utilisant des matériaux souples, élastiques.

Les systèmes à air alterné se composent de deux éléments séparés mais connectés: un système de pompage et un matelas gonflable composé d'un certain nombre de cellules ou compartiments. Ces cellules/compartiments sont successivement gonflé(e)s et vidé(e)s par pressio ou par pompage.  La fréquence de ce cycle est variable et détermine la durée pendant laquelle le tissu est soumis, au niveau des points de pression, à la pression et au cisaillement. Par conséquent, les systèmes à air alterné se distinguent par:

  • le fonctionnement du système de pompage;

  • la présence d'un système de "feed-back intelligent";

  • la taille (le diamètre) des cellules;

  • le nombre de compartiments distincts;

  • le nombre de couches de cellules;

  • pression maximum;

  • housse du matelas. Le nombre de couches posées sur un tel système doit être limité au maximum. Les draps ne peuvent pas être tendus trop fort afin d’éviter un effet de hamac.

Des systèmes à air alterné dont les cellules ont un diamètre de plus de   10 cm sont appelés "systèmes à air alterné à grandes cellules", ceux dont les cellules ont un diamètre inférieur à 5 cm sont appelés "systèmes à air alterné à petites cellules".

Certains systèmes alternés peuvent être posés directement sur le cadre du lit (systèmes remplaçant le matelas) ou sont intégrés celui-ci, d'autres doivent être posés sur un matelas.

2. Principe

Diminuer la durée pendant laquelle s'exercent la pression et le cisaillement.

3. Fondements scientifiques

Systèmes alternés versus systèmes statiques

 Cullum e.a. (1;2) ont réalisé une vaste méta-analyse des recherches en matière de systèmes dynamiques, dont les systèmes à air alterné. Ces recherches comparent les systèmes à air alterné à d'autres systèmes:

Systèmes à air alterné - matelas standard

Les systèmes à air alterné se sont montrés plus efficaces dans la prévention des escarres que les matelas d'hôpital standard (3;4).

Systèmes à air alterné - systèmes statiques (mousse viscoélastique / matelas à eau / matelas à air)

On ignore si les systèmes à air alterné sont plus efficaces dans la prévention des escarres que les systèmes statiques. Certaines études penchent en faveur des systèmes à air alterné (5;6). D'autres n'ont relevé aucune différence entre les systèmes à air alterné et statiques (4;7-9). Cullum e.a. (1;2) font pourtant remarquer à juste titre que les études comparant les systèmes à air alterné aux systèmes statiques portaient sur un nombre réduit de patients, ce qui augmente la possibilité qu'une différence éventuelle n'ait pas été décelée.

Même dans une étude récente comparant l’effectivité d’un matelas alterné avec celle d’un matelas viscoélastique combiné avec une mobilisation alternée toutes les quatre heures, aucune différence n’a été constatée. Seules les escarres au talon étaient moins nombreuses chez les patients reposant sur un matelas alterné. (10). 

Comparaison des systèmes alternés

 Les systèmes à air alterné ont également été comparés entre eux (11-15). Ces systèmes diffèrent entre eux sur les plans suivants: système de pompage (+ logiciel présent), taille (diamètre) des cellules, mode de mise en place, matelas séparé ou système intégré dans le lit, housse, fréquence d’alternance de la pression, pression maximum et nombre de couches. Des systèmes à air alterné à grandes cellules semblent prévenir davantage la formation d'escarres que les systèmes à petites cellules (16).

Exton-Smith e.a. (12) ont comparé un système à air alterné ordinaire avec un système à air alterné à deux couches. Ce dernier était composé de deux couches superposées de cellules à air. Ces cellules étaient reliées entre elles par séries de trois. Quand la première cellule était gonflée au maximum, la deuxième était remplie à moitié et la troisième totalement dégonflée. Quand la deuxième cellule était gonflée au maximum, la première et la troisième étaient gonflées à moitié. Quand la troisième cellule était gonflée au maximum, la première était totalement dégonflée et la deuxième l'était à moitié. Les deux couches du système à air alterné parcouraient simultanément un même cycle. Un cycle complet (du gonflage maximum au dégonflage maximum) durait 7 minutes 30". Il ressortait de cette étude que le système à air alterné à deux couches était plus efficace dans la prévention des escarres.

Rithalia & Gonsalkorale (15) ont également procédé à des recherches expérimentales auprès de personnes test en bonne santé en ce qui concerne les systèmes alternés et les systèmes à double couche. Ils ont examiné si la pression exercée par un système alterné a une répercussion sur l’irrigation sanguine des tissus. Celle-ci avait été déterminée par des mesures transcutanées des gaz du sang. L’analyse des résultats de laboratoire montra que l’utilisation d’un matelas alterné permet d’obtenir de meilleures valeurs par rapport au système à double couche, qui était composé de deux couches superposées de cellules à air ; celles-ci étaient reliées entre elles par séries de trois. Des recherches ultérieures devront déterminer si les meilleurs résultats obtenus par le système alterné correspondent efficacement avec une diminution de l’incidence des escarres.

Cullum e.a. (1) signalent que, selon certaines recherches (12;17), les systèmes à air alterné composés de cellules de diamètre supérieur à 10 cm semblaient plus efficaces que les systèmes à air alterné dont les cellules étaient plus petites.

Rithalia et al. (14) signalent que le choix en faveur d’un matelas alterné ne doit pas se faire uniquement sur la base des propriétés en matière de redistribution de pression et de l’irrigation sanguine des tissus, mais également sur la base du confort, du coût, de la convivialité, de l’entretien et de la fiabilité à long terme du matelas alterné.

4. Recommandations  

L'utilisation d'un système à air alterné se justifie seulement si cette utilisation se fait correctement et si le système est entretenu régulièrement.

Il ressort de la méta-analyse de Cullum e.a. (1;2) que les systèmes à air alterné peuvent jouer un rôle utile dans la prévention des escarres.

Dans une étude consacrée à l'efficacité des systèmes à air alterné dans la prévention des escarres, Exton-Smith e.a. (12) ont signalé la possibilité d'un dysfonctionnement dû à des problèmes mécaniques. Ces systèmes dépendent en effet d'un système de pompage pour le gonflage alterné des cellules. Par conséquent, un défaut mécanique (par ex. fuite du matelas) ou une utilisation erronée du système (par ex. rupture de courant ou réglage erroné du poids du patient) exposeront le patient à un risque accru de développement d’escarres.(5;9;18).

La littérature existante ne permet pas de proposer l'achat d'un système alternant particulier.

Les recherches actuelles n'étant guère concluantes, elles ne permettent pas de proposer l'achat d'un système particulier (19);(14). On recommande, lors de l’achat d’un système dynamique à redistribution de pression, d’accorder une attention particulière aux facteurs susceptibles de déterminer l’effectivité du système:

  • pour le système de pompage: la solidité, la présence de software "intelligent" qui adapte la pression générée au poids du patient
  • durée de la pression
  • pression maximale
  • taille (diamètre) des cellules
  • composition de la housse
  • présence d'un système d'alarme signalant les pannes ou dysfonctionnements éventuels.

Il importe de disposer de suffisamment d'informations exactes sur le produit pour ce qui est des facteurs susmentionnés (20).

Outre l’attention pour les facteurs précités, il existe d’autres caractéristiques devant être prises en compte lors de l’achat d’un système dynamique à redistribution de pression, à savoir, le confort, le coût, la convivialité, l’entretien et la fiabilité à long terme du matelas alterné.

Les patients à risque qui ne peuvent faire l’objet d’un positionnement alterné, doivent être positionnés sur un système alterné ou sur un système dynamique à redistribution de pression (lits à air fluidisé, système à faible perte d’air).

Lorsqu’un patient ne peut faire l’objet d’un positionnement alterné (en combinaison ou non avec un matelas statique à réduction de pression), les matelas alternés et les matelas dynamiques à redistribution de pression constituent une alternative judicieuse et effective.

Le nombre de couches entre le patient en le système à réduction de pression, ainsi que le placement des draps trop tendus, diminue l’effet de réduction de pression du système.

Il importe de limiter autant que possible le nombre de couches entre le patient et le système à réduction de pression. Le fait de placer plusieurs couches entre le patient et le matelas annule l'effet de réduction de pression du matelas. Les points de pression ne varient pas de manière optimale. On évitera donc de placer une alèse, un molleton ou une peau de mouton supplémentaires.

Des draps trop tendus (plis hospitaliers classiques) empêchent une alternance optimale des points de pression. Un drap-housse élastique et suffisamment grand peut remédier à cet inconvénient.

Les systèmes à air alterné composés de cellules dont le diamètre est supérieur à 10 cm sont probablement plus efficaces que les systèmes composés de cellules plus petites.

Des cellules trop petites (<10cm), même gonflées au maximum, ne permettent probablement pas que le corps du patient soit suffisamment soulevé pour qu'il ne repose pas sur le système à air alterné au niveau des cellules dégonflées.  

Références

(1)       Cullum N, Deeks J, Fletcher A, Long A, Mouneimne H, Sheldon T et al. The prevention and treatment of pressure sores: How effective are pressure-relieving interventions and risk assessment for the prevention and treatment of pressure sores? Effective Health Care 1995; 2(1):1-16.

(2)       Cullum N, Deeks J, Sheldon TA, Fletcher AW. Beds, mattresses and cushions for pressure sore prevention and treatment. The Cochrane Library 2000;(4):Oxford: Update Software.

(3)       Anderson KE, Jensen O, Kvorning SA. Decubitus prophylaxis : a prospective trial of the efficiency of alternating-pressure air mattresses and water mattresses. Acta Derm Venereol Stockh 1982; 62:227-230.

(4)       Sideranko S, Quinn A, Burns K, Froman RD. Effects of position and mattress overlay on sacral and heel pressures in a clinical population. Res Nurs Health 1992; 15:245-251.

(5)       Bliss MR. Preventing pressure sores in elderly patients: a comparison of seven mattress overlays. Age Ageing 1995; 24(4):297-302.

(6)       Gebhardt KS, Bliss MR, Thomas J. Pressure-relieving supports in an ICU. Journal of Wound Care 1996; 5(3):116-121.

(7)       Conine TA, Daechsel D, Lau MS. The role of alternating air and Silicore overlays in preventing decubitus ulcers. Int J Rehabil Res 1990; 13(1):57-65.

(8)       Daechsel D, Conine TA. Special mattresses: effectiveness in preventing decubitus ulcers in chronic neurologic patients. Arch Phys Med Rehabil 1985; 66(4):246-248.

(9)       Stapleton M. Preventing pressure sores--an evaluation of three products. Geriatr Nur (London) 1986; 6:23-25.

(10)      An RCT to examine the effect of alternating pressure air mattresses and of turning on the incidence of pressure ulcers. Tampere: 7th European Pressure Ulcer Advisory Panel Open Meeting: 2003.

(11)     Conine TA, Daechsel D, Lau MS. The role of alternating air and Silicore overlays in preventing decubitus ulcers. Int J Rehabil Res 1990; 13(1):57-65.

(12)     Exton-Smith AN, Wedgewoof J, Overstall PW, Wallace G. Use of the 'Air wave sytem' to prevent pressure sores in hospital. The Lancet 1982;1288-1290.

(13)     Hampton S. Evaluation of the new Cairwave Therapy System in one hospital trust. Br J Nurs 1997; 6(3):167-170.

(14)     Rithalia SV, Heath GH, Gonsalkorale M. Assessment of alternating-pressure air mattresses using a time-based pressure threshold technique and continuous measurements of transcutaneous gases. J Tissue Viability 2000; 10(1):13-20.

(15)     Rithalia SV, Gonsalkorale M. Quantification of pressure relief using interface pressure and tissue perfusion in alternating pressure air mattresses. Arch Phys Med Rehabil 2000; 81(10):1364-1369.

(16)     Bliss M, McLaren R, Exton-Smith AN. Preventing pressure sores in hospital : controlled trial of a large-celled ripple mattress. Br Med J 1967;(Febr.18):394.

(17)     Bliss MR, McLaren R, Exton-Smith AN. Mattresses for preventing pressure sores in geriatric patients. Medical Bulletin of the Ministry of Health 1966;(25):238-267.

(18)     Gebhardt KS, Bliss MR, Winwright PL, Thomas J. Pressure-relieving supports in an ICU. J Wound Care 1996; 5(3):116-121.

(19)     Evans D, Land L, Geary A. A clinical evaluation of the Nimbus 3 alternating pressure mattress replacement system. J Wound Care 2000; 9(4):181-186.

(20)     Bliss M, Thomas J. Randomised controlled trials of pressure relieving supports. Journal of Tissue Viability 1992; 2(3):89-95.

<Synthèse> <Définition> <Principe> <Fondements scientifiques> <Recommandations> <Références>

  

Defloor T., Herremans A., Grypdonck M. et al. Herziening Belgische richtlijnen voor Decubituspreventie. Brussel: Federaal Ministerie van Sociale Zaken, Volksgezondheid en Leefmilieu, 2004.